Notre Dame du Rocher

IVᵉ DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

IVᵉ DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE
Le mot du Curé :

    Nous pouvons nous étonner de la violence des habitants de Nazareth. Mais, nous pouvons aussi juger de leur réaction à l’aune de la nôtre ! Que reprochent-ils au Seigneur ? Tout simplement de venir les déranger dans leur train train religieux quotidien. D’autant plus, que le Christ les renvoie à des références de la Bible qui ne sont pas à l’avantage de ceux dont ils se réclament en permanence : leurs pères dans la Foi. En effet, les auditeurs de la synagogue, comme beaucoup en Israël à cette époque, sont englués dans une vie religieuse extrêmement ritualiste, bien souvent dénuée d’une vraie spiritualité. C’est ce système que le Seigneur Jésus vient remettre en cause, désirant faire comprendre que les rituels ne sont pas une fin en soi, mais bien un moyen pour porter l’expression de la Foi et la relation avec Dieu. En quoi cela nous concerne-t-il ? C’est tout simple ! Comment accueillons-nous Dieu qui nous dérange à travers ce que nous demande, de manière lointaine, l’enseignement de l’Église ? Mais surtout, de manière proche, quand cet enseignement nous est rappelé quelquefois énergiquement, par notre curé ou un prédicateur de passage ? “Mais que me veut-il ? En quoi est-il concerné par ma vie ? “ Sans être aussi violente que celle des habitants de Nazareth, notre réaction à l’égard de Jésus est similaire. Son appel à la conversion, à travers les intermédiaires qu’Il s’est choisis, vient nous déranger dans nos habitudes ou nos certitudes comportementales et nous refusons bien souvent d’entendre le Seigneur. Le Carême qui approche pourrait être une occasion de changer ?
Publié le 01/02/2019