Notre Dame du Rocher

Les orgues

L'orgue de Saint Martin

Historique

Depuis le XIIIe siècle, l'église Saint Martin est au coeur de la vie de Biarritz. Jadis petit village de pêcheurs de baleines, cette église située en hauteur, se détachait sur la cote. Son clocher aillant fonction de phare, il guidait les bateaux qui rentraient au port. Siège des Juras qui administraient la commune, elle est dédiée au Saint Patron de Biarritz.
Aujourd'hui encore, Saint Martin, siège du Curé de la nouvelle paroisse « Notre Dame du Rocher », garde sa prééminence au sein de la vie de cette site balnéaire.
C'est en 1908 que la manufacture Gaston Maille, successeur de Georges Wenner, construit un orgue de deux claviers qui fut inauguré par Mademoiselle Jeanne Paris, en présence de la Reine Nathalie de Serbie, le 28 mars 1909.
Restauré en 1938 par Maurice Puget.
Cet instrument n'était pas équipé de ventilateur électrique et la force physique qu'il fallait déployer pour l'alimenter en vent est encore présente dans les souvenirs de certains enfants de l'époque qui le racontent encore aujourd'hui.

André Marchal
André Marchal

Sous la direction du Maitre André Marchal, Denise Limonaire, organiste titulaire, fit reconstruire l'orgue entièrement par Georges Danion dans le style néoclassique.
Les tuyaux de Soubasse, La Gambe, La voix céleste et le dessus de la Trompette ont été conservés. D'autres ont été réutilisés mais en étant modifiés.
L'harmonisation avait été créée par Edmond Costa.
Traction mécanique des notes et électrique des registres.
Le combinateur était alors celui qui provenait de l'orgue personnel de Maurice Duruflé.
En 2007, devenu très faux, l'orgue a été entièrement démonté et dépoussiéré (chapes, faux sommiers et tuyaux) par Bernard Dargassies. Son étanchéité a été restaurée par la réparation des soupapes ainsi que de leur articulations, de manière à assurer une parfaite stabilité de la pression du vent.
Les tuyaux de la Soubasse de la pédale sont neufs, ainsi que les cymbales du récit et du positif. Le larigot a lui aussi été changé ainsi que le ténor de la montre 8.
En général les bouches des bourdons ont été montées légèrement et beaucoup de tampons ont été refaites à neuf.
La flute 8 a été refaite en la rendant harmonique dans les aigus.
Les flutes et le nasard du récit ont été rendus harmoniques.
Enfin la taille de plusieurs jeux a été grossie, le cromorne rallongé et la gambe a été repavillonnée. Les tuyaux de l'ancienne flute à fuseaux ont été utilisés pour remplacer les octaves aigues du Bourdon 16.

D'une manière générale les fonds sont ronds et bien timbrés mais sans lourdeur, donnant l'assise indispensable à l'instrument. Les mixtures offrent un plénum bien clair mais sans acidité. Les jeux ont plus de contraste et portent plus mais la personnalité de l'instrument a été respectée ce qui donne un ensemble homogène et généreux permettant de multiples possibilités de régistrations.
Un accouplement Récit sur Grand Orgue en 16 a été ajouté ainsi qu'un tremblant au Positif.
Le combinateur a été changé avec ajout d'un séquentiel.
Conformément au souhait du Titulaire Laurent Riboulet, les anches n'ont pas été changées dans un premier temps, puis, ont été refaites en totalité en 2008.
Pour que l'instrument s'intègre mieux au bâtiment, les tuyaux de bois latéraux ont été peints dans le même rouge que la voûte de pierre surplombant la tribune.
Denise Limonaire créa l'Académie André Marchal en 1985 pour commémorer la mémoire du Maître en organisant des stages didactiques, des concerts et enfin un concours d'orgue qui devint rapidement une référence dans les concours français puis internationaux. Depuis plus de vingt ans, les concours se déroulent sur les quatre orgues de la ville, la finale étant systématiquement à Saint Martin.
Siège de la Schola Kantariak, une collaboration étroite a toujours lié l'orgue et le choeur. Paulo Grenier et Véronique Soulé aillant eu à coeur de monter des oeuvres faisant dialoguer les chanteurs avec l'orgue, de magnifiques pages musicales ont pu être jouées dans cette église.

L'orgue de Saint Charles

Historique

Au milieu du XIXe siècle, la vogue des cures thermales battait son plein à Biarritz. Les sources salées de Briscous qui alimentaient l'établissement thermes salins étaient remarquables par leur composition et leur richesse en sels minéraux et l'on venait de loin pour bénéficier de leurs vertus. Cet essor a suscité la création d'un nouveau quartier. La chapelle des thermes devenue trop petite, en 1898 la construction d'une église fut décidé par Monsieur Charles Hézard (Président de la société des Thermes Salins ) qui lui donna le nom de son Saint Patron.
En 1923, un orgue de deux claviers et 22 jeux construit par Charles Mutin fut inauguré par Mademoiselle Jeanne Paris, Madame Madeleine Limonaire et Monsieur Decha qui en sera le Titulaire (élève de Joseph Bonnet).

Maurice Puget
Maurice Puget

En 1932, Maurice Puget augmente l'instrument et grâce à divers emprunt porte le nombre de registre à 48. Divers systèmes de traction sont utilisés pour faire sonner les tuyaux et les accessoires (cloches et harpe). Un récit expressif est créé ainsi qu’un positif expressif.
En 1975 E.Costa transforma l'orgue en lui ajoutant un positif de dos et en supprimant les jeux d'emprunts, les accessoires et les divers systèmes de traction. L'orgue possédait alors 35 jeux.
Laurent Riboulet garde en mémoire les efforts qu'il fallait fournir pour actionner les clavier de cet instrument car en optant pour un système mécanique sur cet orgue qui n'avait pas été créé en ce sens, la force nécessaire à la traction des soupapes était considérable.
En 1985, Madame Marie Bernadette Carrau fait appel à Francis Chapelet pour superviser la construction d'un orgue neuf. Louis Barucq témoigne : « au cours du concert d'inauguration, Francis Chapelet a su merveilleusement utiliser les fameux jeux en chamade dans des pièces savoureuses d'un compositeur méconnu Antonio Mestre »

Révision de l'orgue

C'est la maison Pesce (Pau) qui réalisa cet instrument, 40 jeux sur trois claviers, traction mécanique des notes et registres. 70% de la tuyauterie est neuve, la montre et les chamades sont en étains flambé.
En 2011, la maison Pesce a effectué une révision complète de l'instrument et apporté certains changements.
Toutes les anches du récit ont été changés car les anciens tuyaux qui dataient de l'ancien orgue étaient oxydés. La trompette, le basson-hautbois et la voix humaine sont donc neufs.
A la pédale, la Posaune qui était acoustique a été changée et mise à taille réelle.
Les mixtures du grand orgue ont étaient totalement ré harmonisées.
Enfin, après restauration de certains tuyaux de la soubasse, une ré harmonisation de certains jeux puis un accord général ont été effectués.

Composition

Positif de Dos Grand Orgue Récit expressif Pédale
Bourdon 8'
Montre 4'
Flûte à cheminé 4'
Nazard 2 2/3
Doublette 2'
Tierce 1 3/5
Larigot 1 1/3
Plein Jeu V

Cromorne 8'

Tremblant
Bourdon 16'
Bourdon 8'
Montre 8'
Prestant 4'
Flûte à cheminé 4'
Doublette2'
Cornet V (3e ut)
Fourniture IV
Cymbale III

Trompette en chamade 8'
Clairon en chamade 4'

Pos/Go Rec/Go
Quintaton 16'
Gambe 8'
Voix céleste 8'
Flûte à cheminé 8'
Flûte conique 4'
Flûte conique 2'
Flageolet 1'
Cornet II (2e fa)

Trompette 8'
Basson-hautbois 8'
Voix humaine 8’
Flûte 16'
Bourdon 16'
Flûte 8'
Bourdon 8'
Octave 4'
Octave 2'

Douçaine 16'
Trompette 8'
Clairon 4'



Tir I / Tir II / Tir III

L'orgue de Sainte Eugénie

Historique

Joseph Merklin
Joseph Merklin

Cet instrument est l'oeuvre de Joseph Merklin. Présenté à Paris lors de l'exposition universelle de 1900, le Grand prix hors concours lui a été décerné. De facture robuste et soignée, Merklin le plaçait dans ses meilleurs instruments.
Un premier relevage fut effectué en 1917 par Gauzidle et Prince de la maison Mutin - Cavaillé-Coll.
En 1950 Maurice Puget le restaure et l'augmente notamment en ajoutant deux sommiers auxiliaires placés en hauteur, immédiatement derrière les jalousies expressives du Récit.
29 jeux répartis sur deux claviers de 56 notes et pédalier de 30 marches, traction électro-pneumatique des notes et des régistres.
En 1962, il fut électrifié par l'Organeria Espanola puis en 1965 Robert Chauvin transforma et remplaça plusieurs jeux dans le style néoclassique (Plein-jeu Dom Bedos, Larigot, échange des flûtes par des principaux etc...). Changements visants à le rendre plus polyvalent en permettant l'exécution d'oeuvres de différentes époque mais au détriment des caractéristiques propres aux instrument symphoniques.

Bernard Dargassies
Bernard Dargassies

En 2012 une importante restauration est lancée avec un remaniement en profondeur ayant pour but de rendre à l'instrument ses sonorités originelles.
Bernard Dargassies a assuré cette restauration complete.
Les cinq réservoirs ont été refait a neuf dont le grand réservoir primaire qu'il a fallut refaire sur place puisqu'il est impossible de le sortir du buffet vue sa taille. Le ventilateur, vétuste et devenu bruyant, a été changé.
Apres un démontage complet, la mécanique et les soupapes ont été entièrement révisées et beaucoup de pièces ont été changées par des copies a l'identique.
Les jeux du Récit ont été remodelés pour les refaire sonner comme l'avait souhaité leur créateur Joseph Merklin. Ce récit repose donc sur une base flûtée en accord avec l'esthétique de ce genre d'instrument, même si, à ma demande, un carillon a été gardé ainsi qu'une mixture.
Au Grand Orgue, les jeux ont été égalisés et leur personnalité a été affirmée.
Diverses possibilités d'accouplement ont été ajoutées ainsi qu'un 32' à la Pédale.
La console a été refaite, les claviers en plastique des années 60 ont été remplacés par des claviers en ivoire et un nouveau système de transmission a été installé.
Enfin, une Chamade Antiphonale a été placée de l'autre côté de la nef, venant couronner le tout et permettre maints effets stéréophoniques.
C'est donc un instrument taillé pour les concerts et prêt à traverser le 21em siècle que nous découvrons aujourd'hui, fruit de la collaboration de la ville et de la paroisse.

Composition

Récit Grand Orgue Pédale
Cor de nuit 8
Gambe   8
Voix céleste  8
Flûte traversière 8
Flûte octaviante  4
Octavin   2
Fourniture  III
Carillon  II

Voix humaine  8
Basson hautbois 8
Trompette  8

Chamade Antiphonale  8

tremblant

Rec/rec 16
Rec/rec 4
Bourdon  16
Bourdon   8
Flûte Harmonique  8
Montre   8
Prestant  4
Doublette 2
Plein Jeu  IV

Basson   16
Trompette 8
Clairon   4

Chamade Antiphonale  8

GO/GO 16

REC/GO 16
Rec/GO 8
Rec/GO 4
Quintaton  32
Contrebasse 16
Soubasse   16
Bourdon  8
Flûte   8
Flûte   4

Bombarde  16


Chamade Antiphonale  8

Tir GO 8

Tir Rec 8
Tir Rec 4

Photos

  • Orgue de Sainte Eugénie 1