Notre Dame du Rocher

Le Mot du Curé – IIᵉ dimanche de Carême

Le Mot du Curé – IIᵉ dimanche de CarêmeComme le Seigneur est bon ! Avec ses disciples comme avec nous. Il connait notre faiblesse, la difficulté que nous avons à croire et Il anticipe ces moments d’épreuves. Car la Transfiguration, c’est d’abord cela. Le Seigneur sait que ses disciples vont être troublés jusqu’au plus profond d’eux- même par les moments terribles de sa Passion. Il désire donc leur donner des signes pour les fortifier dans leur foi et leur espérance. Et pour nous aussi face au mystère de la souffrance, du mal, de la mort, il est nécessaire de contempler ces signes que le Seigneur nous donne de la gloire qui L’environne et dont nous vivrons éternellement. Dans ce temps de Carême, mais simplement aussi dans notre vie quotidienne, quel signe d’espérance !



Mais la Transfiguration est aussi pour nous une catéchèse dont nous retiendrons deux points :



* Le Seigneur vient accomplir tout l’Ancien Testament signifié ici par Moïse pour la Loi et les Commandements de Dieu et par Elie pour les prophéties messianiques et eschatologiques (c’est à dire concernant la fin des temps). Comme Il nous le dit plusieurs fois dans l’Évangile, Il n’est pas venu abolir mais accomplir. C’est important pour nous aujourd’hui de voir le Christ s’inscrire dans une histoire humaine, pour mieux nous y rejoindre. C’est aussi d’une certaine manière l’affirmation que le Seigneur, tout en laissant à l’Église le soin de les faire évoluer, accorde une importance aux détails liturgiques et religieux qui nous sont prescrits dans le cadre du culte privé ou public rendu à Dieu.



* La conclusion de la péricope nous livre le second point important. En attendant la gloire qui nous est promise, nous devons nous tourner par l’Église vers Jésus seul. Les trois disciples présents, Pierre, Jacques et Jean, sont le signe de cette Église hiérarchique voulue par le Seigneur et ils sont ceux que le Christ a choisis pour que nous puissions Le rejoindre. Le trésor qu’ils viennent de recevoir, ils devront le transmettre à toutes les générations mais seulement au moment déterminé par le Seigneur. En attendant, ils conservent dans leur cœur, pour les fortifier, ce moment intense de contemplation du Seigneur dans sa gloire.



Cette délicatesse de Dieu pour ceux qui Le suivent, elle se constate tous les jours dans notre vie. C’est une des manières que Dieu utilise pour nous parler : les signes qu’Il nous donne chaque jour si nous voulons bien nous asseoir pour les contempler et nous en fortifier. Oui, comme le Seigneur est bon de nous rejoindre dans notre faiblesse à croire sa présence aimante dans notre vie quotidienne. En ce temps de Carême, prenons le temps de rechercher ces signes, d’en nourrir notre contemplation : nous serons fortifiés pour monter vers Pâques.

Publié le 16/03/2014