Notre Dame du Rocher

LE SAINT SACREMENT DU CORPS ET DU SANG DU SEIGNEUR

LE SAINT SACREMENT DU CORPS ET DU SANG DU SEIGNEURLe mot du Curé :



    Cette fête du Corps et du Sang du Seigneur s’appelle aussi Fête Dieu, ce qui est révélateur de qui est célébré. Au XIIIe siècle, à une demande populaire de “voir“ Dieu, l’Église répond par l’élévation de l’Hostie et du Calice après les consécrations. Et se met peu à peu en place cette procession qui est d’abord l’ostension de l’Hostie en dehors des églises. Cette demande des fidèles catholiques vient d’une profonde ferveur dans la Foi. Peut-être, pouvons-nous nous poser la question à nous-même : comment je reçois l’enseignement traditionnel de l’Église s’appuyant sur l’Évangile et concernant la Présence Réelle du Seigneur dans son Corps et dans son Sang ? 

    De cette réception fidèle va découler un certain nombre de conséquences spirituelles et pratiques. 

Si je crois à la Présence Réelle, alors je comprends mieux les gestes que la Liturgie de l’Église me demande d’accomplir pour exprimer ma Foi : se mettre à genoux à la consécration, faire une génuflexion ou une inclination avant de communier sur les lèvres, la splendeur et la beauté autour de tout ce qui touche au Saint Sacrifice de la Messe, notamment dans sa célébration orientée et tous tournés vers le Seigneur. 

Si je crois à la Présence Réelle, alors je comprends mieux la proposition que me fait l’Église et vécue de manière si intense par tous les saints de retrouver le Seigneur dans l’adoration eucharistique. 

    Le Concile Vatican II nous rappelle que l’Eucharistie est la source et le sommet de toute vie chrétienne. Sacrement de la présence de Dieu parmi nous, elle est donc le lieu privilégié de la Rencontre. C’est par cette rencontre que nous deviendrons réellement disciples, proche du Maître et recevant de Lui un enseignement qui n’est pas d’abord intellectuel mais spirituellement amoureux.



    Avec humilité, sachons recevoir cet enseignement de l’Église, surtout s’il nous dérange dans ce que nous pensons ou ce que nous faisons.

Publié le 16/06/2017