Notre Dame du Rocher

XIVE dimanche du Temps Ordinaire

XIVE dimanche du Temps OrdinaireLe mot du curé :



    Nous continuons la réflexion que l’Église nous propose sur la Foi à partir des actes et des paroles du Christ ainsi que des réponses qu’Il reçoit de ses divers interlocuteurs. Qu’il s’agisse des disciples, des malades, de ceux qui intercèdent pour d’autres ou des habitants de Nazareth, chacun vit de manière différente sa relation au Seigneur. Aujourd’hui, nous sommes confrontés au refus. 

    Jésus est revenu chez lui, là où Il a grandi, et ceux qui L’écoutent, restent bloqués par la connaissance superficielle qu’ils ont. De manière totalement humaine, intellectuelle, ils jugent le Seigneur selon un prisme personnel, refusant l’ouverture de leur être, de leur cœur ou de leur intelligence au souffle de l’Esprit Saint. Car on ne peut accueillir l’Évangile et Celui qui le porte, que dans la Foi. Comment en serait-il autrement ? La nature humaine de Jésus qui accueille la nature divine du Verbe éternel dans l’unité de la personne du Christ rend nécessaire l’intervention surnaturelle de Dieu pour reconnaitre le Seigneur Jésus Christ comme seul et unique Sauveur, médiateur entre Dieu et les hommes, Chemin, Vérité et Vie. 

    Déjà, le prophète Ezequiel présente l’irruption divine dans la vie des hommes comme sujet de contradiction. Et nous le voyons bien aujourd’hui dans notre monde actuel combien la connaissance superficielle que les hommes pensent avoir du Christ et de son Église les empêchent d’ouvrir filialement leur cœur.Cela n’empêche pas le Seigneur de continuer à vouloir proposer la grâce de son amitié. Car c’est une réalité que nous devons enraciner dans notre vie. Le Seigneur se propose et s’Il est accepté, Il fait le don de la Foi.

    Comment se propose-t-Il ? Il y a deux mystères. Le premier concerne le travail intérieur que peut faire le Seigneur. Nul n’en sait rien et personne ne peut en juger. Le second mystère, est celui de notre appel comme baptisés à témoigner. Le Seigneur veut avoir besoin de nous. et ce n’est pas pour nous une petite raison pour nous émerveiller ! Nous ne pourrons jamais vraiment nous rendre compte ce que cela veut dire dans sa Tout Puissance, le Seigneur s’abaisse jusqu'à venir nous demander notre aide pour l’annoncer à nos frères. Nous ne pouvons le vivre que dans la méditation du texte de Paul : c’est dans sa faiblesse qu’Il se glorifie car elle laisse transparaître l’œuvre de Dieu. A nous donc de travailler à notre conversion personnelle pour être les vitraux les plus translucides possible qui laisseront passer la lumière du Christ vivant. En même temps, ne nous effrayons pas de notre faiblesse, de notre péché : c’est en toute connaissance de cause que le Seigneur nous a appelés. Avec le psaume 47, chantons en toute confiance : “Sur toute la terre, ceux qui t’ont rencontré proclament ta louange“. Comme nous le constatons dans cette phrase, il n’y ait question ni de la force de nos qualités, ni de l’obstacle de nos péchés, simplement de notre rencontre avec le Seigneur, de notre émerveillement devant les merveilles accomplies dans notre vie et dont nous chantons la louange.

Publié le 06/07/2015