Notre Dame du Rocher

IVᵉ Dimanche de Carême

IVᵉ Dimanche de CarêmeLe mot du curé :



    La méditation de l’ensemble des textes de ce dimanche vient éclairer de la lumière de la Vérité notre Carême. Si nous avions oublié la motivation première de nos élans pour nous rapprocher de l’idéal que nous propose l’Église pour nous unir au Christ, nous avons aujourd’hui l’éclairage nécessaire. Le Christ Jésus nous remet dans la double perspective de toute vie chrétienne : Dieu vers nous ; nous vers Dieu. Loin d’un Dieu colère ou vengeur, nous redécouvrons l’amour du Père à travers sa miséricorde révélée par la venue du Fils : Il ne vient pas pour nous juger mais pour nous sauver. Toute l’œuvre du Père dont nous parle le Christ est résumée dans cette phrase. Et tout ce que nous allons vivre en suivant le Christ dans les jours de la Passion est le cri de l’Amour du Père clamé par le Fils. Quel encouragement pour nous d’aborder de cette manière, en premier lieu les Jours Saints, et plus généralement toute vie spirituelle ou relation avec Dieu ! Si le Carême et la Semaine Sainte de cette année pouvaient ouvrir notre cœur à la conscience de cette réalité, nous pourrions vraiment dire que nous avons fait un bon Carême. 

    Mais le Christ Jésus nous rappelle également l’autre dimension de la relation : nous vers Dieu. La Lumière est venue dans le monde, ce qui veut dire que Dieu se propose à tous et à chacun. Le Salut n’est pas réservé à une élite choisie par Dieu, mais les bras ouverts du Christ sur la Croix nous rappellent l’universalité de la proposition salvifique. En contemplant dans le Christ la révélation de la miséricorde du Père, nous sommes invités à croire. De là viennent les affirmations du Christ concernant l’entrée dans la Foi ou le refus de croire. A nous de manifester par toute notre vie, par nos œuvres, que nous sommes venus à la Lumière. Il ne s’agit pas d’imaginer que nous devons être parfaits, mais de tendre vers cette perfection en laissant illuminer toute notre vie par l’Esprit Saint. C’est donc un travail de tous les jours, avec peut-être plus d’efforts pendant le Carême. Que les trois semaines qui nous restent pour aller jusqu’à Pâques soient l’occasion pour nous de vouloir cette exposition à la Lumière. Alors la grâce envahira notre vie et parce que nous aurons cru, nous aurons la vie éternelle. C’est cette joie que nous pouvons nous souhaiter les uns les autres et que l’Église nous invite à célébrer liturgiquement ce dimanche.

Publié le 13/03/2015